Se raser la tête quand les cheveux tombent...

Oui, mais ....

Pour vous expliquer cette réticence ou plutôt mise en garde, un peu de psychologie, de la "vraie" pas celle de comptoir ! Parlons de "l'inconscient collectif", concept crée par Carl Gustav JUNG, psychiatre suisse (1875 -1961) et comme on est jamais si bien servi que par soi même, le mieux est d'en lire sa définition:

"....je l'appelle "collectif" parce que, au contraire de l'inconscient personnel, il n'est pas fait de contenus individuels plus ou moins uniques ne se reproduisant pas, mais de contenus qui sont universels et qui apparaissent régulièrement"

Oui, et alors...

J'ai rencontré de nombreuses femmes au moment où elles apprenaient qu'elles allaient perdre leurs cheveux, j'en ai côtoyé d'autres lorsqu'elles commençaient à les perdre, j'ai partagé cette sensation avec des alopéciennes comme ma petite soeur de coeur (qui se reconnaitra), je l'ai vécu et profondément ressenti, j'ai tourné et retourné la question : "pourquoi comme un sentiment de honte ??"

Alors j'ai testé : "Si je dis FEMME SANS CHEVEUX tu penses à quoi ?" et la réponse n'a varié que sur la terminologie "FEMMES RASEES pendant la dernière guerre"... "FEMMES TONDUES pendant..."

femme-tondue-03.jpg

entrée du Palais de Justice de BERGERAC - septembre 1944 -

femme-tondue-05.jpg

Voilà ce que Jung appelle l'inconscient collectif : une image, une émotion qui vous saute à la figure alors que vous ne l'avez pas, vous, directement vécu, ni même quelqu'un (en l'occurence quelqu'une) de proche.

Sachez le pour mieux le gérer : lorsqu'on se découvre sans cheveux, on peut s'identifier aux femmes qui ont vécu ce châtiment sexué pour une collaboration qui n'était pas forcément sexuelle. Cette punition, c'est quand même la destruction d'un des attributs de la séduction et vous, vous êtes en train de perdre, j'ai perdu ce qui est considéré comme un symbole majeur de LA féminité. Et je pense, non je sais qu'à ce moment là on se demande "mais pourquoi, mais qu'est ce que j'ai fait ?"

Alors je ne vais pas dire le contraire de mon post d'hier mais juste un conseil, euh ...UN ORDRE : le professionnel qui va vous accompagner dans le choix de votre perruque vous proposera sans doute de l'ajuster. Si plutôt que RASER ou COUPER TRES COURT, il emploie le verbe TONDRE, fuyez ! Sa sensibilité est en dessous du niveau de la mer, il ne s'est jamais mis à la place de..., qu'il vende des brosses à dents !

Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog