Expo "DANS LES YEUX" mais aussi ...sans cheveux ...

Je vous les présente :

Thibault GRABHERR, après avoir assisté Dominique ISSERMANN pendant 3 ans, est devenu photographe de plateau, où il côtoie de nombreuses célébrités qu’il shoote pour la presse féminine mais aussi pour STUDIO MAGAZINE ou CINE LIVE .

 

Christophe DURAND, lui, est maquilleur de stars sur des campagnes de pub  de luxe. Ancien de chez Peggy Sage et Clarins, il est désormais directeur artistique chez Bourjois. Il est aussi le créateur du magazine d’expression visuelle ICÔN.

 

Leur complicité sur ce projet aboutit à une exposition d’immenses portraits argentiques de comédiennes « aux visages nus, déshabillés de leur chevelure et de tout artifice féminin ».

Catherine Frot, Julie Depardieu, Julie Ferrier, Sylvie Testud, Charlotte Rampling, Elodie Navarre, entre autres ont abandonné leur visage à Christophe Durand et leur regard à Thibault Grabherr.

 

« L’orientation de mon travail photographique s’est toujours tournée comme par magnétisme vers l’expression du regard et en particulier, celui d’une femme. Ce qui attire l’oeil, ce n’est pas le détail des traits d’un visage, mais l’expression tout entière de l’être dans le miroir de sa prunelle.
Dès lors, par ses yeux, le visage de cette femme devient un masque kaléidoscope, plein d’expressions. La mobilité de son oeil, son aspect, sa forme, son reflet, la couleur de son iris, sont autant de signes de sa vie intérieure, de son affectif.
Là, je puise les ressources et les réjouissances du regard, l’énergie qui se dégage de son regard, infiniment. D’où l’envie de ce projet où j’ai voulu saisir la femme qui sait nous parler par ses yeux, un instant sans mouvement, sans mots, par le talent exprimé tout entier dans ce miroir de l’âme. » Thibault Grabherr

 tHIBAULT-GRABHERR.jpg

Que dire …

Si ce n'est que certains matins (pas tous, il y a des matins chagrins...), joliment maquillée (pas aussi bien que par Christophe Durand, c'est sûr !!) le dernier regard que je jette au miroir, avant de poser ma perruque, a cette intensité, cette énergie dont parle Thibault Grabherr... cette profonde certitude de ma féminité...cet infini courage aussi...

 

Allez voir cette exposition !

Hôtel SCRIBE

1 rue Scribe 75009

jusqu’au 31 janvier 2010
Entrée libre
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog